Casque ou pas casque ?

Le casque à vélo… petite histoire :

Le port du casque, autrefois extrêmement marginal chez les cyclistes, tend à se généraliser de plus en plus : on croise même des utilisateurs assidus de Vélib/Vélov qui sont équipés de leur casque quand ils vont récupérer leur vélo à la borne libre-service.

Par ailleurs, les enfants sont quasiment tous équipés de casques, que ce soit dans les porte-bébé vélo ou sur leur propre vélo.

Le port du casque à vélo à travers le monde :

En Australie et au Canada, le port du casque à vélo est obligatoire pour tous les cyclistes sans restrictions d’âge ou de lieu de circulation. Dans d’autres pays, le port du casque est obligatoire pour les moins de 15/16 ans ou bien sur certaines portions de routes.

Enfin, dans les pays où le vélo reste l’un des moyens de locomotion privilégiés, par exemple en Hollande, en Allemagne, au Danemark, le port du casque est laissé au choix du cycliste.

En France, la question est toujours ouverte, avec un intense débat entre anti et pour. La position de la FUB est claire à ce sujet : le port du casque à vélo doit rester un choix pour chaque cycliste. (lire l’article sur le site de Cyclable : http://www.cyclable.com/blog/produits/casques-velo/de-lusage-du-casque-de-velo

Cas particulier : les vélos électriques rapides :

Evoquons un cas particulier, à ce jour marginal mais qui va se développer dans les années à venir : les vélos électriques « speed » (qui peuvent aller jusqu’à une vitesse de 45 km/h répondent à une législation très spécifique avec assurance, port du casque et immatriculation obligatoire. Certains fabricants ont même développé des casques 45, à mi-chemin entre casque de vélo et casque de moto pour répondre à ces nouvelles législations.